Les vers du chien et du chat - Un aperçu

vers

Les vers – scientifiquement appelés les helminthes – sont un nom générique qui désigne des organismes invertébrés très divers. Leurs représentants les plus connus sont les ascaris et les ténias qui peuvent contaminer les chiens et les chats. Le risque de contamination varie énormément d’un animal à l’autre – il dépend de l’âge, de l’alimentation et des conditions de détention. Un contrôle régulier de la présence de vers est crucial dans la lutte contre ces parasites.

 

Les vers ne font certainement pas partie des thèmes qu’on aime bien aborder. Pour les propriétaires d’animaux, il est toutefois indispensable de s’en préoccuper car les vers sont des parasites courants de nos animaux domestiques. Les vers sont dépourvus d’extrémités, comme les jambes ou les antennes. Contrairement aux ectoparasites comme les tiques ou les puces qui colonisent la peau et le pelage de leurs hôtes, les vers vivent essentiellement dans l’organisme des animaux et infestent leurs viscères. Étant donné qu’ils vivent à l’intérieur du corps de leur hôte, ils sont également appelés endoparasites.

 

Contrairement à de nombreux ectoparasites, les vers ne transmettent généralement pas de maladies infectieuses mais constituent eux-mêmes le problème pour les chiens et les chats. Certaines espèces, comme l’ascaris particulièrement fréquent chez nos compagnons à quatre pattes, peuvent même toucher l’Homme. Étant donné qu’ils vivent à l’intérieur du corps de leur hôte, les vers parasites sont souvent invisibles pour les propriétaires d’animaux, d’autant que les premiers signes de maladie ne se manifestent fréquemment qu’après une infestation sévère du chien et du chat. C’est la raison pour laquelle les risques posés par les vers à la santé des animaux domestiques restent encore sous-estimés.

 

Différents vers – différentes coutumes

La classification des vers n’est pas standardisée et ne repose ni sur une parenté étroite ni sur un schéma structurel commun des animaux. C’est davantage l’apparence vermiforme plus ou moins marquée de ces invertébrés qui détermine leur appartenance à ce groupe d’organismes. Parallèlement aux vers parasites, il existe également l’embranchement des oligochètes ou des polychètes (annélides) qui ne jouent toutefois aucun rôle en tant que parasites des animaux domestiques. Les vers qui constituent une menace pour les chiens et les chats sont les platodes (plathelminthes) ainsi que les nématodes ou vers ronds (némathelminthes) dont diverses espèces infestent les animaux domestiques à fréquence variable. Les douves du foie sont des trématodes et appartiennent également aux plathelminthes (mais ne concernent pas les chiens et chats).

 

LES NÉMATODES OU VERS RONDS (NÉMATHELMINTHES)

Les 20 000 espèces que réunit ce groupe de vers dans le monde tirent leur nom du grec nêma qui signifie fil. Les nématodes parasites, également appelés vers ronds, peuvent infester des organes ou systèmes d’organes très divers des vertébrés et des invertébrés, avec une préférence pour l’appareil digestif et les voies respiratoires. Après une reproduction sexuée commence le développement avec l’œuf, suivi de plusieurs stades larvaires jusqu’à l’animal arrivé à maturité sexuelle. Leur longueur atteint généralement à peine quelques millimètres, voire quelques centimètres. L’espèce des nématodes ou vers ronds comptent des parasites importants pour le chien et le chat, comme les trichures, les ankylostomes et les ascaris.

 

LES VERS PLATS (PLATHELMINTHES)

Les représentants appartenant à ce groupe de vers sont, à quelques rares exceptions près, des organismes aplatis au niveau dorsal et ventral. D’où leur nom de vers plats (du grec platys = plat). Leur apparence est typiquement symétrique selon un axe, c’est-à-dire qu’il est possible de les diviser en deux moitiés tel un reflet en miroir. Ce groupe réunit plus de 16 000 espèces. Les vers plats mesurent généralement 0,15 à 30cm de long. Exception extrême: le vers Diphyllobothrium latum qui peut atteindre une taille de 20 mètres maximum.

 

Les représentants des trématodes (douves intestinales et du foie) et surtout des cestodes (p. ex. ténia du chien, ténia du chat, ténia du renard, dipylidium, ténia porcin et bovin) sont des parasites importants pour nos animaux de compagnie et d’élevage.

 

Comment les animaux s’infectent-ils avec des vers?

Il y a différents moyens pour les vers de pénétrer dans leurs hôtes:

  • Par l’ingestion orale de stades de développement infectieux lors de la prise alimentaire (viande fraiche contaminée, charogne/cadavre, proies) ou par léchage
  • de matière contaminée (sol, excréments, pelage)
  • De la chienne aux chiots (via l’utérus ou le lait maternel)
  • Par piqûre d’autres parasites comme les moustiques
  • Par ingestion d’une puce infestée (dipylidium)
  • Les œufs de vers sont largement disséminés

 

LES ŒUFS DE VERS SONT LARGEMENT DISSÉMINÉS

La plupart des espèces de vers parviennent dans l’appareil digestif de l’animal via la cavité buccale lorsqu’il mange des proies, renifle ou lèche des matières fécales ou des objets souillés. Les œufs ou les larves de vers microscopiques sont ingérés à l’insu de l’animal et se développent ensuite à l’intérieur de son organisme. Les œufs de vers sont largement disséminés et on en trouve presque partout, p. ex. dans les jardins, les prés, les parcs et les aires de jeux ou en forêt. Selon l’espèce de ver, ces œufs sont très résistants aux intempéries. Les œufs qui restent collés aux chaussures peuvent aussi être transportés à l’intérieur des appartements et des maisons. La puce constitue une forme particulière de transmission orale des vers. En effet, elle sert de véhicule ou de vecteur aux larves infectieuses de dipylidium qui pénètrent dans l’appareil digestif du chien lorsque celui-ci prend soin de son pelage et s’y développent ensuite en parasites jusqu’à maturité sexuelle.Les chiots peuvent être infectés dès la naissance avec les larves d’ascaris (genre Toxocara). L’infection peut intervenir soit par l’utérus (infection dite intra-utérine) soit par l’allaitement du chiot par le lait maternel (infection dite galactogène).

 

EN VACANCES: ATTENTION AU VER DU CŒUR

Dans le Sud de l’Europe, les moustiques peuvent également être responsables de la transmission de certaines espèces de vers. On peut citer par exemple le ver du cœur (Dirofilaria immitis) ou le filaire sous-cutané (Dirofilaria repens). Avec le changement climatique et l’expansion des moustiques, la possibilité augmente également que des infections par ces vers puissent se produire en Suisse (surtout au Tessin). Comme certains vers infestent non seulement nos animaux domestiques mais aussi les êtres humains, il convient de minimiser les risques pour l’animal et le propriétaire par une vermifugation systématique. La fréquence de la vermifugation dépend de l’évaluation individuelle des risques pour l’animal domestique et devrait être définie en concertation avec le vétérinaire.