Minuscules et pourtant dangereuses: les tiques chez l'Homme

tiques homme

Pour les propriétaires d’animaux, les tiques représentent un danger similaire à celui que courent leurs compagnons à quatre pattes. En effet, une piqûre de tique est également chose courante chez les êtres humains puisqu’un propriétaire de chien sur trois déclare avoir lui-même été piqué une ou plusieurs fois par des tiques au cours des trois dernières années. Le plus insidieux est toutefois que la piqûre de tique, ou familièrement aussi morsure, passe le plus souvent inaperçue car le parasite sécrète un anesthésiant dans sa salive lorsqu’il se met à l’œuvre.

SITES DE PRÉDILECTION CHEZ L’HOMME

Les tiques font la fine bouche lorsqu’elles recherchent le bon endroit pour piquer leur hôte. Elles privilégient les régions du corps humides et bien irriguées, où l’épiderme est fin. Chez l’Homme, le parasite cible en majorité les creux poplités, le ventre et le torse. Chez les enfants, les tiques privilégient surtout la tête, la nuque ainsi que la naissance des cheveux.

 

LES TIQUES COMME VECTRICES DE MALADIES

Les tiques comptent parmi les vecteurs de maladie les plus dangereux. Dans ce rôle, elles ingèrent un agent pathogène chez un animal dont le sang est contaminé et le transmettent ensuite à leur nouvelle victime en le piquant. 

Deux maladies surtout constituent un danger pour l’Homme: la maladie de Lyme et la méningo-encéphalite verno-estivale, abrégée MEVE.
En Suisse, la maladie de Lyme fait plusieurs dizaines de milliers de victimes chaque année (Bulletin de l’OFSP, 46/2020).

En Suisse, les zones endémiques du virus de la MEVE se sont étendues. Seuls les cantons de Genève et du Tessin ont été largement épargnés jusqu’à présent. Par conséquent, tout le territoire de la Suisse est considéré zone à risque de MEVE, à l’exception des deux cantons mentionnés ci-dessus (OFSP Suisse). Outre la maladie de Lyme et la MEVE, les tiques transmettent également d’autres maladies à l’Homme. Dans le monde entier, une cinquantaine de pathologies sont dénombrées – dont la plupart sont cependant très rares en Suisse. Les chiens et les chats en revanche sont exposés à d’autres maladies transmises par les tiques.

 

LA MALADIE DE LYME CHEZ L’HOMME

En Suisse, la maladie de Lyme fait plusieurs dizaines de milliers de victimes chaque année. Elle peut se manifester sous différentes formes et se caractérise principalement par un érythème migrant, sorte d’éruption cutanée circulaire également appelée «rash». Cette tâche annulaire rougeâtre s’étend autour du point de piqûre quelques jours à quelques semaines après la morsure. Au stade précoce, les symptômes de la maladie de Lyme sont un abattement, de la fièvre et des céphalées. Au stade avancé peuvent apparaître des troubles cutanés, cardiaques ou articulaires. Au stade aigu, les troubles neurologiques s’accompagnent souvent d’une paralysie faciale. Au stade chronique avancé apparaissent souvent des inflammations articulaires.

Si la maladie est diagnostiquée à temps chez l’Homme, elle peut être traitée par une antibiothérapie spéciale. En cas de symptômes chroniques au stade avancé, des cures d’antibiotiques de plusieurs semaines sont souvent nécessaires. Contrairement aux chiens et aux chevaux, il n’existe pas encore de vaccin contre la maladie de Lyme pour l’Homme.

 

LA MEVE CHEZ L’HOMME

D’origine virale, la méningo-encéphalite verno-estivale peut entraîner une méningite ou une encéphalite. Dans plus de vingt pays européens existent des zones endémiques du virus de la MEVE exposées à un risque de transmission par les tiques. 

Il est impossible de traiter l’origine de la méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE). Les éventuelles mesures thérapeutiques se limitent à atténuer les symptômes. Pour l’Homme, il existe toutefois un vaccin préventif contre la MEVE.

 

    COMMENT VOUS PROTÉGER CONTRE LES RISQUES

    La meilleure protection est d’éviter la piqûre de tique. Pour ne pas se faire piquer, il est notamment conseillé de:

    • Éviter si possible de séjourner dans les herbes hautes ou dans les sous-bois.
    • Porter des vêtements fermés à manches longues et des pantalons longs. Une astuce utile, mais qui ne fait pas l’unanimité pour son élégance: remonter les chaussettes au-dessus des jambes de pantalon.
    • Simplifier la recherche de tiques en portant des vêtements clairs. Les parasites sont plus facilement repérables et peuvent être retirés avant de piquer.
    • Utiliser des produits répulsifs contre les insectes. Penser en même temps à la protection de l’animal domestique. Il existe des préparations efficaces pour les chiens et les chats qui protègent pendant longtemps contre les tiques et d’autres parasites.
    • Instaurer une routine lors de chaque sortie en forêt et à la fin, rechercher systématiquement la présence de tiques. Inspecter méticuleusement surtout les creux poplités, le ventre et le torse ainsi que la région inguinale.