Profiter de l'été avec son chien - sans tiques, puces, vers, etc.

partir en vacances avec son chien

Pour bon nombre de chiens et leurs propriétaires, l’été est une saison particulièrement agréable. On passe beaucoup de temps ensemble à l’extérieur. Ou les vacances tant attendues se profilent à l’horizon.

 

Les parasites sont un danger à la maison et en voyage

Les chiens qui profitent de l’été à la maison ont besoin d’une protection fiable contre les parasites. Notre pays recense des endoparasites et ectoparasites qui posent un risque pour la santé des chiens. Mais c’est surtout avant de partir en vacances qu’il faut faire un bilan complet de la protection antiparasitaire et, le cas échéant, l’adapter en fonction de la destination de villégiature. En effet, en fonction des destinations touristiques, les parasites auxquels les chiens auront affaire sont différents et une protection particulière s’impose.

 

TIQUES

En Suisse, l’ixode commun (Ixodes ricinus) est particulièrement actif. Cette espèce de tique peut transmettre au chien les borrélies de la maladie de Lyme et d’autres pathogènes dangereux. La tique ripisylve (Dermacentor reticulatus) est répandue en Suisse et transmet les agents pathogènes de la babésiose canine.

Dans les destinations touristiques méridionales, la tique brune (Ripicephalus sanguineus) pose notamment un danger pour les chiens en voyage. Elle peut non seulement transmettre la babésiose, mais également l’ehrlichiose, une parasitose redoutée.

 

PUCES

Tous les chiens actifs peuvent attraper des puces en tout temps. Elles ne déclenchent pas seulement des démangeaisons lancinantes et des allergies, mais peuvent aussi transmettre des agents pathogènes et des larves de ténia dont elles sont les hôtes. Et attention! Les puces qui infestent les chiens et les chats sont transmissibles à l’Homme.

En voyage aussi, les chiens ont besoin d’un traitement antipuce efficace. En effet, les balades en contrées inconnues ou les nouvelles amitiés avec des chiens qui ne sont peut-être pas traités contre les puces peuvent entraîner une infestation.

Les puces préfèrent la chaleur – mais même lorsque la saison chaude est révolue depuis longtemps, elles restent un danger dans l’appartement ou sur l’animal.

 

ACARIENS

Les chiens peuvent être infestés par différents acariens. Le sarcopte, agent de la gale sarcoptique, occasionne par exemple des démangeaisons massives et des symptômes cutanés sévères. Les chiens peuvent notamment s’infecter s’ils séjournent longtemps dehors. Un simple contact avec un terrier ou des excréments de renard suffit pour se contaminer avec des sarcoptes.

Les sarcoptes sont très contagieux et se transmettent de chien à chien. En voyage, la contamination peut survenir par contact avec des renards ou d’autres chiens.

 

INSECTES VOLANTS

Les moustiques et les phlébotomes (mouches des sables) constituent une menace à prendre très au sérieux dans les pays méditerranéens en particulier. Ils peuvent notamment transmettre les larves du ver du cœur et les pathogènes de la leishmaniose. Il est par conséquent indispensable de vérifier avant le départ en voyage si la destination est une zone à risque pour le ver du cœur ou la leishmaniose. La protection antiparasitaire doit alors cibler spécialement les insectes volants et les larves de ver du cœur.

Par ailleurs, il peut être utile de ne pas laisser sortir le chien à la nuit tombante pour le protéger d’une exposition aux moustiques. Mais attention: il y a des insectes volants actifs à toute heure du jour! Mieux vaut généralement éviter les zones à haut risque.

 

VERS INTESTINAUX

Une vermifugation (ou un examen de selles) régulière doit normalement faire partie de la prévention de routine pour les chiens. Le ver intestinal le plus répandu chez le chien dans notre pays est l’ascaride. Attention: en tant «qu’hôte accidentel», l’être humain peut aussi attraper une ascaridiose auprès des chiens et des chats!

Les températures chaudes ne peuvent pas venir à bout des œufs d’ascaride extrêmement résistants. Par conséquent, une infection est possible toute l’année.

Hormis les ascarides, l’appareil gastro-intestinal du chien peut aussi être infesté par les ankylostomes, les trichures et les ténias. Il convient également de déterminer avant le départ en voyage quels vers sont endémiques dans le pays de destination choisi, et d’adapter le traitement antiparasitaire en conséquence.

Par ailleurs, lorsqu’on part en voyage, il ne faut pas laisser les chiens boire dans les sources d’eau à l’hygiène douteuse ou manger de la viande crue non traitée.

 

Vers infestant d’autres organes

VERS PULMONAIRES

De plus en plus de chiens sont victimes en Suisse de l’angiostrongylose, une maladie potentiellement mortelle (Angiostrongylus vasorum). Ils se contaminent notamment en ingérant des mollusques infectés par des larves de ver lorsqu’ils mangent de l’herbe. Mais l’eau contaminée peut également être une source d’infection. Il existe toutefois des produits vermifuges à administration mensuelle pour la prévention contre l’angiostrongylose. Votre vétérinaire vous conseille si votre chien est à risque face à cette maladie à prendre au sérieux.

Dans des destinations prisées comme le Danemark ou l’Angleterre, le ver pulmonaire fait des ravages depuis longtemps. Par conséquent, les chiens qui accompagnent leur famille en voyage dans ces pays devraient également être protégés contre les conséquences d’une infection potentielle grâce à des préparations vermifuges adaptées.

 

VERS DU CŒUR

La dirofilariose est une maladie grave que le chien contracte en voyage. Une protection contre le ver du cœur est par conséquent indispensable lorsqu’on voyage dans une région endémique (p. ex. les pays méditerranéens). Les larves du ver du cœur sont transmises par des moustiques. La protection est optimale dès lors qu’elle remplit deux conditions:

  1. Répulsion des moustiques, p. ex. par préparations en application topique spéciales, et
  2. Eradication rapide des larves de ver du cœur si elles se sont introduites dans l’organisme, par administration de produits vermifuges efficaces contre les larves parasites. Demandez conseil à votre vétérinaire quel mode de traitement est le plus approprié de manière à instaurer à temps et en sécurité la protection contre la dirofilariose.

 

Conseil pour le traitement antiparasitaire avant les voyages

  • Informez-vous des parasites potentiels que vous pouvez rencontrer dans la destination de voyage que vous avez choisie (p. ex. vers du cœur).
  • Demandez à votre équipe vétérinaire quelle est la protection antiparasitaire optimale en voyage, dès que vous avez opté pour le pays où vous souhaitez voyager avec votre chien.
  • Pensez à administrer le traitement antiparasitaire au bon moment avant et après le voyage.
  • Emmenez toujours avec vous en voyage une écuelle et de l’eau potable pour votre chien.
  • En voyage, choisissez des aliments adaptés – dans tous les supermarchés sont vendus, même à l’étranger, des aliments pour animaux conformes aux normes en matière d’hygiène.

 

TRAITEMENT ANTIPARASITAIRE L’ÉTÉ

Pour la prophylaxie à la maison et avant et après les vacances, il existe par exemple des comprimés à mâcher à administration mensuelle qui protègent contre les tiques, les puces et les acariens. Ils sont particulièrement faciles à administrer car on peut les donner à l’animal avec ou sans aliments. Le comprimé peut ainsi être ingéré à n’importe quel moment de la journée, même pendant une promenade estivale. Il existe aussi des préparations qui ne contiennent pas d’ingrédients carnés ou à base de blé. Ils sont formulés pour les chiens hypersensibles.

Ces préparations sont également proposées en association avec un vermifuge, adapté par exemple pour la prévention contre la dirofilariose et l’angiostrongylose. Ces combinaisons de principes actifs peuvent être prescrites par le vétérinaire sous forme de comprimé à mâcher mensuel et constituer un élément optimal du traitement antiparasitaire en voyage.

Pour la protection contre les insectes volants en voyage, il existe des préparations en application topique ou des colliers spéciaux à action répulsive contre les moustiques et les phlébotomies. Elles contribuent à la protection contre les maladies dangereuses dans les destinations de villégiature, pouvant p. ex. être transmises dans les pays méditerranéens. Les préparations à durée d’action mensuelle permettent là aussi de contrôler les parasites avec beaucoup de flexibilité.

 

TRAVERSER L’ÉTÉ AVEC UNE PROTECTION OPTIMALE

Grâce à une protection antiparasitaire fiable, les chiens peuvent profiter de l’été en toute insouciance, qu’ils restent à la maison ou qu’ils partent en voyage. Alors vive les promenades au grand air et les plaisirs de l’été!